Chat sauvage vs chat domestique

Chat forestier vs chat domestique : l’histoire insolite du mois de novembre

Dans l’Yonne, une jeune chatte forestière s’apprête à retrouver sa liberté. Trois mois plus tôt, elle avait été heurtée par une voiture et gardée temporairement chez un couple qui l’avait prise pour un « simple chat de gouttière ». « Un chat forestier, c’est très mignon, mais quand ça se sent pris au piège, ça attaque. » Et ça griffe ! 

Cette mésaventure a été vécue par un couple de bons samaritains, en aout 2023, lorsqu’ils ont secouru ce qu’ils pensaient être un simple minet de gouttière. Le félin s’est avéré être un chat forestier, redoutable prédateur, totalement sauvage, mais physiquement assez similaire à un chat domestique. Le 24 novembre 2023, la petite femelle sera relâchée en lieu sûr, dans la forêt d’Othe (Yonne). Découvrez cette histoire insolite ! 

Découvrir l’histoire du chat sauvage 

En été 2023, un couple en voiture traverse une forêt près de son domicile de Provins, en Seine-et-Marne.  « Soudain, un chat saute sur la route et se fait heurter par la voiture. Comme le couple avait déjà deux minous, ils connaissaient un vétérinaire. Ils ont récupéré le chat accidenté qui était en mauvais état. »

La petite femelle soufre d’une fracture du fémur. Le vétérinaire opère l’animal, puis le rend à la famille. « Il leur a dit : c’est un chat de gouttière, mais il me parait un peu bizarre ! » relate Dominique Crickboom, directeur capacitaire du CSOS 89, un centre de sauvetage d’animaux sauvages basé à Fontaine-la-Gaillarde, près de Sens.

Le couple ramène alors la petite à domicile. « Sauf que le lendemain matin, quand l’anesthésie a cessé de faire effet… Il a vu les deux autres chats de la maison et a commencé à les agresser. Les gens ont voulu intervenir, ils se sont fait agresser aussi ! » nous raconte Mr. Crickboom. 

Décontenancé, le couple arrive tant bien que mal à attraper la chatte et à l’enfermer dans le poulailler familial, après avoir enlevé les poules, bien sûr. « Puis, ils se sont rapidement rendus compte qu’ils ne pouvaient plus rentrer dans le poulailler ! Le chat devenait fou », poursuit le directeur du CSOS 89. « Forcément, on ne manipule pas un chat forestier comme un chat domestique… » Le couple parvient seulement à nourrir l’animal, totalement sauvage. 

Finalement, après un mois environ de cohabitation agitée, ils contactent le CSOS 89 qui s’aperçoit, après examen, qu’ils sont bien en présence d’un chat forestier. Il faut dire que la distinction peut être difficile : « cinq critères physiques permettent de déterminer à 90 % l’espèce. Mais pour les 10 % restants, il faut réaliser des tests ADN tellement ils peuvent ressembler à des chats domestiques », explique le directeur. Le chat forestier ressemble beaucoup au chat domestique. 

En septembre, le centre de sauvetage basé à Fontaine-la-Gaillarde récupère donc la petite femelle et l’installe dans un enclos spécifique. Depuis, elle est nourrie de proies vivantes (des souris notamment) et vit cachée la plupart du temps.

« C’est un animal sauvage, c’est dans sa nature de se cacher tout le temps. On ne peut jamais la voir. Le seul moyen, c’est grâce aux caméras que nous avons installées dans sa cage. » Les soignants du CSOS 89 ont pu déterminer son âge approximatif : une juvénile d’environ 6 à 8 mois. Aujourd’hui, la convalescence de l’animal est terminée. La chatte sera relâchée en forêt d’Othe, le plus grand bois de l’Yonne, le 24 novembre 2023.

Félis silvestris et Félis Catus

Félis Silvestris englobe plusieurs sous-espèces : le chat forestier européen (F. silvestris), le chat forestier d’Afrique ou chat ganté (F. lybica) et le chat forestier d’Asie ou chat orné (F. ornata). Deux sous-espèces ont été reconnues plus récemment : le chat forestier d’Afrique du Sud (F. cafra) et le chat du désert de Chine (F. bieti). Pendant longtemps, on se demandait d’où descendaient nos jolis minets domestiques. 

En 2009, des analyses génétiques ont mis en évidence que nos loulous sont les descendants de la sous-espèce lybica. Ainsi, chat domestique et chat forestier européen ne sont que de très lointains cousins. Notre chat domestique est considéré comme une espèce à part entière, le Félis Catus

Bien qu’on ne connaisse pas avec exactitude la date de domestication de nos poilus, on pense que certains Felis lybica, moins peureux que d’autres, se sont rapprochés des humains, dès le Néolithique. Ils étaient attirés par les rongeurs localisés autour des stocks céréaliers. Les humains les ont acceptés, car ils protégeaient les récoltes. 

Ce processus d’apprivoisement passif aurait débuté environ 9 500 avants notre ère, dans la région du Croissant Fertile, notamment à Chypre. En France, on ne rencontre actuellement que le chat forestier européen et le chat domestique. 

Lorsque le chat domestique retourne à l’état sauvage, il peut être appelé « chat haret » ou « féral ». L’identification de telles populations est difficile, car leur statut est basé sur leur proximité avec les humains (degré de nourrissage et liberté de déplacement). Les chats abandonnés nourris sur site par des humains ne sont pas des chats harets.

Le chat forestier européen

Le chat forestier est un animal nocturne. Ils sont très discrets, territoriaux et solitaires. Ils vivent en été en zone forestière, apprécient les lisières des bois et affectionnent les mosaïques de forêts et de prairies… L’hiver, il occupe des terriers creusés par d’autres espèces, comme le blaireau, et peut même être amené à cohabiter avec le renard roux. 

Le chat forestier est strictement carnivore et se nourrit principalement de petits rongeurs. Il repère ses proies à l’ouïe et pratique la chasse à la billebaude, tout comme le renard roux, on dit qu’il « mulotte ». 

Au printemps, il chasse des grenouilles ou des oiseaux. La menace principale pour cette espèce est la dégradation de son habitat. Les routes et les contacts avec nos minets domestiques sont également un danger pour eux. 

L’espèce est protégée en France depuis 1979. Malheureusement, les destructions illégales comme les tirs, le piégeage, l’empoisonnement existent. De plus, les campagnes d’empoisonnement des rongeurs en agriculture représentent un vecteur d’intoxication et de décès, comme chez bon nombre d’autres petits mammifères sauvages.

L’hybridation de deux espèces ? 

L’hybridation entre le Félis Silvestris et le Félis Catus existe sur l’ensemble du territoire. Elle serait néanmoins plus fréquente en Lorraine que dans les Pyrénées. Les individus hybrides sont, dans la pratique, impossible à différencier visuellement des chats forestiers purs. Les chats domestiques sont aussi susceptibles de transmettre certaines maladies félines au chat forestier : le typhus, le coryza, le FIV, le FELV, etc. Les chats sauvages sont très sensibles à ces viroses.

➡️ À lire aussi : 5 choses à savoir sur le sida du chat (FIV)

Le cas de la Corse, une nouvelle espèce ?

En 2019, un nouveau chat forestier, appelé chat-renard, car il est roux, est « découvert » ou redécouvert en Corse. Ce serait une nouvelle espèce endémique à l’île de Beauté. Différent morphologiquement du chat sauvage européen, par sa couleur et en termes de mesure du crâne, ce chat-renard avait été décrit déjà en 1929 comme appartenant à une espèce à part : Félis reyi. Or, il semblerait que tous les mammifères sauvages établis en Corse aujourd’hui viennent d’ailleurs. Compte tenu des particularités morphologiques du chat corse, il semblerait qu’il ait été introduit sur l’île à l’âge de Fer.


Différencier chat domestique et chat forestier

Le pelage du chat forestier présente quatre caractéristiques :

– Une queue épaisse avec deux à quatre anneaux noirs complets et terminés par un manchon noir ;

– Une ligne dorsale noire et unique et fine, débutant au milieu du dos (au niveau des omoplates) et s’arrêtant à la base de la queue ; 

– Quatre à cinq fines rayures noires allant du dessus de la tête jusqu’à la nuque ;

– Le nez du chat forestier est rose.

En général, ces simples critères suffisent à différencier les deux lignées, mais cela devient plus difficile pour les sujets hybrides.

Sources :

https://www.chat-biodiversite.fr/les-actualites-de-la-sfepm/chat-domestique-et-chat-sauvage.html

https://www.facebook.com/profile.php?id=100064773940295

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/14/le-chat-renard-corse-un-mythe-devenu-realite_5476228_3244.html

Article rédigé par Isabelle Desrousseaux et Marilou Orzalesi.

Scroll to top
X